• L'automne

    L'automne

    L'automne

    Les jours s’abrègent, l’eau qui court dans la vallée,
    N’a plus ces joyeux bruits qui réjouissaient l’air,
    Il semble que la terre, et frileuse et voilée,
    À pas menus, menus,
    Le bel automne est revenu.
    Dans le brouillard, sans qu'on s'en doute,
    Il est venu par la grande route,
    Habillé d'or et de carmin.
    Et tout le long de son chemin,
    Le vent bondit, les pommes roulent,
    Il pleut des noix, les feuilles croulent.
    Ne l'avez-vous pas reconnu ?
    Le bel automne est revenu.

    L'automne

    L'automne

    L'automne

    L'automne

    Le rouge-gorge
    Le rouge-gorge est au verger ;
    Ah ! qu’il est joli, le voleur ;
    Il ne pèse pas plus que plume
    Et le vent le balance à son gré
    Comme une fleur ;
    Ah ! qu’il est joli, le voleur de prunes.
    Oiseau, bel oiseau d’automne,
    Voici l’oseille qui rougit
    Dans l’herbe,
    Et la feuille du poirier jaune ;
    Tout se couvre de pourpre et de vieil or superbe
    Avant l’hiver gris.

    L'automne


    Matin d’octobre
    C’est l’heure exquise et matinale
    Que rougit un soleil soudain.
    A travers la brume automnale
    Tombent les feuilles du jardin.
    Leur chute est lente. On peut les suivre
    Du regard en reconnaissant
    Le chêne à sa feuille de cuivre,
    L’érable à sa feuille de sang.
    Les dernières, les plus rouillées,
    Tombent des branches dépouillées ;
    Mais ce n’est pas l’hiver encore.
    Une blonde lumière arrose
    La nature, et, dans l’air tout rose,
    On croirait qu’il neige de l’or.

    L'automne

    L'automne

    L'automne

    Avec toute mon amitié...

     

     

    « Oncle Hansi Petit-déjeuner »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :